Soft Shrinking Tremor

8 sept. - 7 oct. 2017

Pour sa première exposition personnelle à la Parisian Laundry, l’artiste londonienne Gabriele Beveridge présente Soft Shrinking Tremor, un corpus de sculptures et de photographies qui évoquent subtilement le contact à la fois sensuel et évanescent entre un corps et les instruments qui servent à son embellissement. Ces instruments – par exemple une affiche publicitaire démodée, rescapée d’un salon de beauté, ou des présentoirs de magasins défraîchis – sont réagencés grâce à des éléments conçus par l’artiste elle-même, en des assemblages qui en magnifient l’usure et la désuétude. Dans les œuvres de la série Clouds, des présentoirs maculés par les coulures décolorées qu’y ont laissé d’innombrables produits cosmétiques flirtent ainsi avec des panneaux perforés, laqués avec une palette de couleurs de vernis à ongles de manière à créer des dégradés vaporeux. Ailleurs, ce sont des structures en chrome flambant neuves qui sortent de leur anonymat de faire-valoir pour se transformer en de véritables sculptures murales: les tringles des Prophetic Souls sont déviées de leur agencement régulier, déformées, parées d’excroissances qui suggèrent une ossature, peut-être une cage thoracique. L’impression d’une présence corporelle est renforcée par un leitmotiv qui bourgeonne à travers les œuvres: ce sont des bulles de verre soufflées à la main, parfois colorées, qui se posent et s’affaissent lascivement sur des arêtes crénelées en métal ou sur le cadre d’une photographie. Merveilleusement luisante et renflée, la bulle fonctionne comme une auréole qui attire le regard dans ses mille et un reflets, mais aussi comme une excroissance, voire quelque implant en silicone qui se serait écoulé d’un modèle trop parfait. À travers ses assemblages que l’on imagine démontables et remontables à l’infini, Beveridge développe ainsi un art de la prothèse qui trace les contours d’un corps libéré des lois de l’organisme, un corps défini par ses appendices et ses parures plutôt que par ses organes, un corps entièrement fantasmagorique et qui cependant frémit d’excitation comme s’il était au bord d’une métamorphose imminente.

 

Ji-Yoon Han