Tender Greed

7 nov. - 7 déc. 2019

Dans Tender Greed, la deuxième exposition solo de Gabriele Beveridge à Parisian Laundry, l’artiste emploie et élargit un arsenal de matériaux qu’elle a développé comme langage personnel. En combinant des éléments organiques avec des objets modulaires et fabriqués en série, les œuvres de Beveridge évoquent des sites de commerce pour la préparation et le traitement des corps.
 
Deux paires de jambes de mannequin moulées sont accrochées au plafond, ces corps inférieurs disjoints se faisant face sont suspendus dans le temps, enfermés dans une conversation perpétuelle et vide. À proximité, une affiche défraîchit annonçant un produit inconnu est disséquée par son cadre et par un imposant amas de fragments de géodes. Un porte-chapeau est transformé en présentoir à géodes, métamorphosé en arbre de cristaux de guérison inspiré par les tendances en bien-être actuelles. Les murs affichent des œuvres confectionnées à partir de l’assemblage de panneaux de présentoirs et d’orbes de verre soufflé. Les panneaux sont traités comme des grilles modernistes abstraites, alternant ceux laqués en dégradé par l’artiste et ceux préservés dans leur état trouvé. L'artiste conserve les présentoirs trouvés en appliquant un fixatif sur la patine de leurs saletés et tâches accumulées au cours de leur utilisation commerciale. Ces panneaux renvoient de manière ludique à la fois aux clichés d’une expérience commerciale et à une grille minimaliste, un clin d’œil subversif à l’idolâtrie du désir et à l’expérience du sublime. Les étagères en acrylique et les supports à chaussures en métal accentuent cette tension entre le désir et la déception. Ils ne sont apposés sur le mur que pour retenir des masses en verre qui semblent s’écouler de leur présentoir initial.
 
Beveridge complexifie la représentation du sublime en amalgamant l’environnement commercial à ses imperfections - les panneaux usés et les formes organiques du verre résonnent avec les chimigrammes voisins qui sont le produit d'une réaction chimique contrôlée mais également soumis à la nature et à l'imprévisibilité. Ces combinaisons déroutantes et ces imperfections nuancées créent une expérience immersive qui témoigne du caractère éphémère et impossible de la perfection et de la cupidité douce qui nous pousse à la rechercher continuellement.